[Télétravail] Portrait de Julien De Oliveira, enseignant en pâtisserie

Portrait de Julien De Oliveira, enseignant en pâtisserie à l'EDM.

Depuis une semaine, tu as recours au télétravail, peux-tu nous expliquer, en quelques mots, comment se déroule une journée type d’enseignement à distance ?

Une journée type, c’est d’abord se connecter, checker mes mails, envoyer les cours à temps pour que les apprenti·e·s puissent les faire pendant les heures de cours, préparer des évaluations à distance sous diverses formes, échanger avec les collègues et supérieurs sur l’évolution de la situation, se former à de nouvelles technologies afin de garder un contact avec tout le monde.

C’est aussi organiser des chats en live afin d'échanger avec les  apprenti·e·s. Il est vrai que cela demande plus de travail, dans le sens où actuellement je me trouve en général derrière mon ordi de 8h à 18/19h, du lundi au vendredi, afin de répondre aux sollicitations des apprenants.

Es-tu régulièrement en contact avec tes apprenti·e·s ? Sous quelle forme ?

Je garde le contact  par mail, chat, messenger, et Y-paréo.

Ce qui est compliqué c’est qu’une bonne partie des apprenti·e·s se trouve en entreprise, ce qui est compliqué parfois pour les cours ; il faut le temps que chacun trouve son rythme.

J’ai aussi créé une page Facebook Les Sucrés de l’EDM afin de garder le contact et partager des vidéos avec les apprenants.

 

Quels sont les avantages et les inconvénients dans cette nouvelle façon de travailler ?

Je vais acquérir de nouvelles compétences en informatique et pouvoir intégrer ces nouveaux outils dans les futures formations, ça c'est un avantage indéniable.
Les inconvénients c’est que nous axons surtout la formation sur la théorie, nous ne pouvons juger que sur la bonne foi des apprenti·e·s. Le côté "pratique professionnelle pure" sous le regard ed l'enseignant est très détérioré. Certes, certains alternants travaillent donc ils ont la pratique dans leur entreprise, mais pour les autres…

Comment vis-tu cette expérience ?

Enrichissante malgré tout ! Je me rends compte que le cours virtuel ne remplacera jamais un cours en présentiel et encore moins pour la pratique De même que de simples photos ne remplacent jamais les méthodes de fabrication vues et testées ensemble.

Un message à faire passer à tes apprenti·e·s ?

Tout cela demande de la rigueur et du travail personnel ; c'est un investissement personnel. Pour les alternants, veillez à vous tenir informés, car parfois nous ne savons pas si tout est ok pour vous, ou si vous avez des difficultés, des empêchements.
On n'est pas loin, à portée de clic.